A faire en juillet et août

Les mois d’été riment bien entendu avec les vacances. Malheureusement, les mauvaises herbes, elles, ne prennent pas de repos. D’autre part, le jardinier n’est jamais à l’abri d’un épisode de chaleur et de sécheresse persistantes qui peuvent entraîner bien des déconvenues si l’on ne prend pas ses précautions avant de partir en voyage. En cas d’absence prolongée, il faut s’assurer qu’une connaissance ou une voisin puisse intervenir en cas de besoin. Une autre alternative, c’est de passer tranquillement ses vacances dans son propre jardin. Outre le plaisir que vous pourrez en tirer, ce ne sera certainement pas le travail qui manquera en cette saison.

    • En pleine saison estivale, l’arrosage est la préoccupation majeure du jardinier. S’il existe aujourd’hui des procédés les plus sophistiqués les uns que les autres, un arrosoir classique reste un ustensile indispensable pour un usage localisé. Quant au paillage des parterres et massifs, cette pratique est d’un secours appréciable pour gérer l’apport en humidité. S’y ajoute que le paillage empêche le développement excessif des adventices. Le jeu en vaut la chandelle parce qu’il vous évitera de nombreuses heures de corvée de désherbage manuel. La couche de paillage doit être suffisamment épaisse, de 5 à 7,5 cm.
    • Le moment est venu de planter des bulbes à floraison automnale, tel le colchique d’automne. Méfiez-vous cependant si vous avez de jeunes enfants car le colchique est toxique.
    • Rabattezladauphinelle et le géranium après la première floraison. Donnez leur ensuite de l’engrais pour favoriser une seconde floraison.
    • Admirez vos parterres et massifs pour profiter des floraisons. N’hésitez pas à éliminer les fleurs fanées pour allonger la période de floraison.
    • Bouturez vos plantes en pot et de terrasse en prévision de l’année prochaine.
    • La plupart des adventices tenaces doivent être éradiquées en été. Le désherbage mécanique est de loin préférable, mais de grandes surfaces peuvent nécessiter le recours à un herbicide. Dans ce cas, assurez-vous que le produit que vous allez utiliser est agréé et sûr, pour les animaux également.
    • Inspectez régulièrement les plantes pour détecter la présence d’insectes et de champignons. Intervenez si nécessaire, tout en n’oubliant pas que quelques pucerons sont moins nocifs qu’un insecticide mal choisi.
    • Les arbustes qui ont fleuri en juin, le seringat et le Weigela, doivent être taillés après la floraison. Le cas échéant, on peut également tailler le magnolia à feuillage caduc.
    • Confectionnez des boutures d’espèces buissonnantes comme l’oranger du Mexique, l’hortensia et le seringat. Les boutures s’enracinent facilement dans un pot recouvert d’un plastique. Le bouturage du magnolia est nettement plus problématique.
    • Enlevez les tiges des roses, le plus près possible de la plante. Si c’est possible, arrachez-les doucement plutôt que de les couper.  En août, on taille la glycine, après la floraison. On fait de même pour le rosier liane à l’issue de la floraison.
    • S’il le faut, on peut retailler légèrement les haies. Elles ne pousseront plus beaucoup et seront nettes pour l’automne et l’hiver.