A faire en octobre

Octobre est un mois superbe: les élégantes volutes de brume matinale se dissipent sous l’effet du soleil et créent ainsi une atmosphère féerique. Les toiles d’araignée scintillent de rosée. Les balades en forêt sont l’occasion de jouir des teintes et des senteurs automnales. Au jardin, octobre est la période par excellence pour diverses plantations.

Le jardin d’agrément

    • Pour que vous puissiez profiter pleinement des plantes bulbeuses printanières, il faut songer à mettre les bulbes en terre. Ne perdez pas de vue que les bulbes qui ont séjourné pendant de longs mois dans une jardinerie risquent d’être partiellement desséchés ou atteints de moisissures. Bref, le mieux est de planter les bulbes le plus tôt possible pour éviter ce type d’inconvénient. Ceci dit, rien ne vous empêche de les mettre en terre en novembre si le mois d’octobre a été trop doux.
    • Plantez, replantez et divisez les plantes vivaces. A cette saison, la terre est encore chaude, tout en étant plus humide que pendant les mois d’été. Les racines auront encore le temps nécessaire pour leur permettre de se développer en profondeur. Au printemps, elles consacreront ainsi toute leur énergie à développer leur feuillage et leurs fleurs.
    • Taillez les vivaces fanées et évacuez les résidus vers le tas de compost.
    • Attendez que les premières gelées nocturnes aient décoloré le feuillage du dahlia et du canna avant d’en récupérer les rhizomes pour la prochaine saison.
    • Mettez vos pots sur un pied (ou sur une brique) pour éviter que les racines soient constamment sous eau en automne et en hiver. Les plantes peuvent être noyées et pourrir!
    • On enlève les tuteurs qui supportaient les plantes dont la partie aérienne est morte.
    • Récoltez les graines et faites-les sécher dans un endroit à l’abri des insectes. N’oubliez pas de bien noter de quelle espèce il s’agit ainsi que la date de la récolte. Ces annotations vous seront bien utiles lorsqu’il s’agira de songer au semis, à la sortie de l’hiver.
    • Préparez de nouveaux massifs, par exemple en bêchant la terre, ce qui facilite l’élimination des racines de mauvaises herbes. Qui plus est, les oiseaux se régaleront des larves et des œufs d’insectes que le bêchage aura ramenés à la surface.
    • C’est également la saison de la plantation ou du déplacement d’arbres et de buissons. Si le feuillage s’est déjà paré de couleurs automnales, vous pouvez y aller sans inquiétude. Par contre, si l’arbre porte encore des feuilles vertes, ce qui est souvent le cas des arbres fruitiers, mieux vaut attendre encore quelque temps.
    • Les plantes ligneuses à racines nues sont souvent moins chères et de meilleure qualité que les plantes en conteneur. A partir de la fin octobre, les bons pépiniéristes proposent un assortiment de qualité. Si vous souhaitez installer une nouvelle haie par exemple, vous avez tout intérêt à privilégier des spécimens cultivés en pleine terre. Etant donné le nombre de sujets qu’il faut pour constituer une haie bien fournie, la différence de prix peut s’avérer appréciable à l’arrivée.
    • Si vous n’avez pas encore taillé vos rosiers buissonnants et grimpants, il est impératif de le faire sans tarder.
    • Vous pouvez bouturer les rosiers, les arbres à perruques, les saules et les forsythias.
    • Rassemblez les feuilles mortes en tas spécifiques, ce qui permet d’obtenir un magnifique terreau, sans matériel autre que des feuilles. Un conseil: réglez votre tondeuse à la position la plus élevée et passez sur le tas de feuilles pour accélérer le compostage. Il faut veiller à ne rassembler que des feuilles d’arbres sains pour éviter toute contamination par des feuilles atteintes de maladies cryptogamiques.
    • Ne plus fertiliser la terre ou traiter aux herbicides! Il est de loin préférable d’ameublir le sol, de tailler les arbres fruitiers pour favoriser une ventilation optimale et de recourir à des pratiques plus douces.

Le gazon

  • Le moment est venu de scarifier et de ratisser la pelouse, ce qui permet d’éliminer la couche de mousse et de matière fibreuse.
  • Après avoir scarifié, apportez un engrais de gazon spécifique à l’automne, pauvre en azote et riche en potasse et phosphate.
  • Enlevez les feuilles de votre gazon en vous servant d’un râteau ou d’un souffleur de feuilles. Les feuilles mortes forment un écran qui empêche la pénétration de la lumière et de l’air, ce qui provoque l’apparition de taches brunâtres. Le ramassage des feuilles se fait de préférence par temps sec. Des feuilles humides ou détrempées sont beaucoup plus difficiles à ramasser, surtout avec un souffleur de feuilles.
  • Cela n’a plus aucun sens de faire un traitement chimique. Il est de loin préférable de tondre une dernière fois pour limiter la croissance des adventices jusqu’au printemps. Le cas échéant, vous pourrez alors recourir à un produit agréé.

L’étang

  • Si vous n’avez pas encore nettoyé l’étang, il est plus que temps de le faire maintenant. Il s’agit d’éliminer les déchets, mauvaises herbes ou des plantes oxygénantes à croissance trop rapide. Laissez ces débris végétaux pendant un ou deux jours le long de votre pièce d’eau pour permettre aux petits animaux et insectes qui s’y trouvent de rejoindre l’eau. Ensuite, ces résidus peuvent être jetés sur le compost.
  • Il faut retirer les plantes aquatiques qui ne résistent pas au gel. Après avoir éliminé les feuilles mortes et endommagées, on les conserve dans un endroit à l’abri du gel. On les plante dans des bacs contenant un substrat spécial pour bassin ou dans un seau d’eau.
  • Rentrez les pompes et fontaines ainsi que les éventuels éléments d’éclairage. Nettoyez-les soigneusement et stockez-les dans un lieu à l’abri du gel.

%d blogueurs aiment cette page :