Choses à faire en juillet au jardin d’ornément

Mois d’été par excellence, juillet et août doivent rimer avec plaisir et détente, y compris au jardin. Et il y a suffisamment de travaux à faire ici et là.

  • Le moment est venu de mettre en terre les bulbes à floraison automnale, notamment le colchique d’automne (Colchicum).
  • Si certaines graines peuvent être récoltées et semées dès qu’elles sont mûres, d’autres requièrent en revanche des conditions climatiques spécifiques pour pouvoir germer. Si vous n’êtes pas sûr de la manière de procéder, divisez la cueillette en trois: semez un tiers des semences immédiatement, un tiers à l’entrée de l’hiver et le solde au printemps suivant.
  • Taillez le géranium et la dauphinelle immédiatement après la floraison en juillet pour favoriser une seconde floraison. N’oubliez pas d’apporter une bonne dose d’engrais après la taille.
  •  Eliminez les fleurs fanées pour obtenir une floraison plus longue. Abstenez-vous de la faire si vous souhaitez voir fructifier les plantes, pour obtenir des cynorrhodons par exemple. Ceci dit, seule une partie des rosiers donnent des cynorrhodons. De nombreuses formes modernes continuent de fleurir sans fructification. Dans ce cas, il est recommandé de couper les roses fanées.
  • Apportez régulièrement de l’engrais liquide aux plantes en pot et arrosez-les en cas de sécheresse.
  • Le mulchage, c’est-à-dire le fait de recouvrir le sol d’une couche de matière organique (feuilles mortes, coquilles de cacao, etc.), permet de retenir l’humidité et lutter contre les adventices. Le mulchage permet d’éviter pas mal de travail. Il faut bien sûr apporter cette matière organique entre les plantes. Le plus efficace, c’est une couche de 5 à 8 cm d’épaisseur.
  • Les mauvaises herbes persistantes doivent se combattre en période de croissance active. Si le sarclage ou un autre procédé mécanique est préférable du point de vue environnemental, cela relève souvent de la corvée pour des surfaces étendues. Si le recours aux herbicides s’avère incontournable, optez pour un traitement le moins nocif possible. Le commerce propose suffisamment de produits de ce genre (Ecostyle e.a.).
  • Inspectez quotidiennement vos lis pour vérifiez s’ils ne sont pas infestés par des criocères du lis. Si oui, éliminez-les à la main. Les larves de ce petit coléoptère peuvent ravager un lis en quelques jours. Une mesure préventive efficace est donc de détruire les sujets adultes.

%d blogueurs aiment cette page :