© Marie-Jeanne Van Hove

Harmonie et équilibre dans un jardin excentrique

Lorsque nous demandons à Marie-Jeanne comment elle décrirait leur jardin, elle hésite un instant. « La partie structurelle ne rend pas justice au jardin », répond elle, « car il y a tellement plus que les formes et les haies. On ne peut pas non plus se limiter à des qualificatifs tels que romantique ou champêtre. En réalité, c’est tout simplement notre jardin, un jardin original et personnel qui ne se compare à aucun autre ». Un constat que nous ne pouveons que partager !

En visite dans le jardin de Carlos et Marie-Jeanne

SPÉCIFICITÉS DU JARDIN
• Superficie : 63 ares
• Âge : ± 35 ans
• Situation : environnement rural
• Conception : Piet Blanckaert pour la partie formelle du jardin ; réalisation personnelle pour le reste
• Nature du sol : sol très fertile, « divin » selon un ami agriculteur

La forme plutôt que la couleur et le type

Au bout d’une allée ombragée, bordée de tilleuls taillés au millimètre, le soleil met en valeur la roseraie, le massif de lavandes, la statue de l’ange gardien et la maison blanche. Si vous vous retournez, l’image est tout à fait différente : des formes impressionnantes d’ifs taillés — Marie-Jeanne les appelle à juste titre des « monuments d’ifs » — et des haies épaisses et tendues de charmes et de hêtres ont transformé les pelouses d’origine de chaque côté de l’allée en un jardin structuré passionnant. Ajoutez à cela les nombreuses statues parfaitement positionnées et les points de vue stratégiques et vous saurez de quel jardin il s’agit.

« Notre jardin n’est pas une affaire de plantes et de couleurs », confirme Marie-Jeanne, « mais bien une affaire de formes, de lignes et de proportions, de contrastes et d’harmonie, sans oublier l’art ».

Nous n’avons pas de collections de plantes. En effet, nous ne sommes pas des collectionneurs et nous ne connaissons pas le nom exact de chaque plante de notre jardin. Bref, nous ne sommes pas des experts en végétation, mais si nous aimons une certaine espèce, nous nous y consacrons à fond.

C’est ainsi que nous avons commencé avec un érable japonais et que notre jardin en compte aujourd’hui douze. Il en va de même pour les agapanthes : nous en avons maintenant une trentaine. Par contre, vous ne trouverez pas ici de plantes annuelles, par exemple, car elles sont trop éphémères. Dans notre jardin, les fleurs ne jouent jamais le premier rôle. Elles sont là, mais ce sont des frivolités qui contribuent à l’équilibre du jardin ».


Lire la suite ?

L’article complet se trouve dans Jardins & Loisirs – édition 3 2022. Commander en ligne = livraison gratuite !
Vers la librairie.

%d blogueurs aiment cette page :