Les plantes vivaces ont un pouvoir de solution pour les conditions météorologiques extrêmes

Les conditions météorologiques sont de plus en plus extrêmes. Il y a plus de sécheresses, les températures moyennes sont plus élevées et les précipitations maximales augmentent. Les plantes vivaces ont des propriétés qui répondent à ce climat changeant.
Capacité de stockage d’eau
La fréquence et l’intensité des pics de précipitations augmentent. La verdure, comme les plantes vivaces, collecte une partie des précipitations et les transporte dans les nappes souterraines. Parce que l’eau de pluie est mieux capable de pénétrer dans le sol, il est moins probable que des flaques se forment et les égouts sont ainsi moins encombrés. Les plantes vivaces évaporent également l’eau : plus la surface de la feuille est grande, plus l’évaporation est importante.

Sécheresse
Les experts prédisent plus de sécheresses, surtout en été. Les vivaces telles que le phlomis (Phlomis), l’échinacée (Rudbeckia) et l’herbe à chat (Nepeta) supportent mieux cette sécheresse, tout comme certains types de graminées : carex japonais (Carex morrowii) et carex (Carex foliosissima).

Îlot de chaleur urbain
Lorsque la température dans une zone urbaine est en moyenne plus élevée que dans la zone rurale environnante, il se crée un îlot de chaleur urbain. Ce phénomène est de plus en plus courant. En utilisant, entre autres, des plantes vivaces, l’effet se réduit ; plus il y a de verdure, moins la température ambiante augmente.

Teneur en eau 
Presque aucun endroit dans les espaces publics n’est continuellement humide ou sec tout au long de l’année. De nombreuses plantes vivaces tolèrent de grandes différences dans la teneur en eau du sol. La salicaire commune (Lythrum salicaria) est championne en la matière. Elle peut rester pendant des mois sous l’eau, mais tolère aussi la sécheresse.

Conseils

  • Les plantes vivaces placées dans les miroirs d’arbres empêchent le sol de se détremper et le protègent de la lixiviation.
  • Beaucoup de plantes vivaces conviennent aux oueds : une couche dans laquelle l’eau de pluie s’accumule et s’infiltre dans le sol. Ces installations tampons améliorent la capacité d’infiltration et le traitement de l’eau. Ces installations ont, grâce à l’utilisation de plantes vivaces, une haute valeur ornementale et contribuent à la biodiversité.
  • Combinez la verdure avec des installations tampons souterraines, telles que des réservoirs de stockage et des systèmes de caisses, dans des endroits disposant de peu d’espace.

Source : iVerde

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :