© Shutterstock

Nos conseils pour nager dans la nature

Le changement climatique entraîne la multiplication des vagues de chaleur et de sécheresse, entrecoupées de brèves périodes de pluies diluviennes. Maintenant que l’été bat son plein, Jardins et Loisirs se propose d’aborder les activités aquatiques récréatives dans le jardin ou dans la nature. Dirk Vercammen, expert en environnement, donne des conseils.

L’article complet se trouve dans Jardins & Loisirs – édition 4 2022.

1. Investissez dans votre propre étang de baignade

Dans un étang de baignade dans votre propre jardin, les conditions sont contrôlées nuit et jour. Il n’y a pas de réel danger, à condition de s’occuper correctement de la qualité de l’eau. Dans tous les cas, il est important de filtrer l’eau. Il existe pour cela des systèmes ingénieux avec diverses chambres de filtration, zéolite et lampes UV.

Ceux qui sont en faveur d’un cycle écologique peuvent choisir d’utiliser des zones de rive pour la filtration, faisant passer l’eau à travers le système racinaire (rhizomes) de rubanier, massette, populage des marais ou iris des marais et éventuellement à travers un lit sable ou de gravier, avant de la renvoyer vers l’étang.

2. Allez nager dans un étang de baignade ‘Blue Flag’

Quand vous visitez des rivières et étangs naturels ou artificiels dans la nature, il y a des influences extérieures : le débordement des réseaux d’égouts lors des pics de débit, les eaux de ruissellement des terres agricoles ou les rejets industriels.

L’eau peut être polluée par de grands groupes d’oiseaux aquatiques, des chiens ou des promeneurs, entraînant le développement de différentes sources potentielles de maladies.

Oui, on peut vraiment tomber malade en nageant dans la nature, même s’il faut relativiser. Un nageur moyen, en bonne santé et entraîné, a tout de même une certaine résistance. Bref, faites-vous plaisir mais regardez d’abord où vous mettez les pieds. Si vous voulez ne prendre aucun risque, allez nager dans un étang de baignade ayant un Pavillon bleu (Blue Flag). Ce drapeau est des plus anciens labels et garantit une eau de baignade propre, sûre et écologiquement responsable.

Vous trouverez de plus amples informations sur les sites reconnus sur www.blueflag.global.be.

3. Attention à l’hydrocution et à la noyade

N’oubliez pas non plus le risque de noyade, notamment dans les anciens puits d’extraction de sable, où il peut y avoir de grandes différences de températures dans l’eau et où vous pouvez être victime d’un choc thermique ou d’une crampe. Entrez dans l’eau froide lentement et progressivement.

4. Attention au botulisme

Ces dernières années, les périodes très chaudes se multiplient. Or dans les eaux avec une température supérieure à 20°C, la bactérie responsable du botulisme a tout le loisir de proliférer.

Le botulisme est une maladie mortelle pour les oiseaux aquatiques et qui se développe très rapidement dans une région particulière. Les oiseaux infectés peuvent être sauvés s’ils reçoivent à temps une médication appropriée. Alors, ne touchez jamais un de ces malheureux oiseaux sans gants, mais conduisez-le immédiatement dans un CREAVES.

Vous voulez en savoir plus ?

Lisez l’article complet dans Jardins & Loisirs – édition 4 2022.
En vente dans la librairie en ligne. Livraison gratuite.

%d blogueurs aiment cette page :