Une plante carnivore dans le salon

Dans les jardineries, on peut croiser des plantes carnivores. Gare à l’achat impulsif en cette période durant laquelle nous avons envie de luxuriance et d’exotisme ! Ces végétaux exigent des conditions de culture précises pour survire plus de quelques semaines dans nos intérieurs. Le bon choix : la mangeuse de mouches. La dionée (Dionaea muscipula) est non seulement robuste, mais elle constitue aussi une des prédatrices les plus spectaculaires.

Les feuilles en deux lobes sont garnies de longs cils, formant comme une mâchoire. Elle se referme en trois secondes si un insecte touche à deux reprises les cils tactiles à l’intérieur du piège. Des sucs digestifs vont alors digérer les parties molles de l’insecte. Quand le piège s’ouvrira à nouveau, il ne contiendra plus que le squelette chitineux du malheureux moucheron. Pourquoi les mâchoires ne se referment-elles qu’après deux contacts successifs ? Pour éviter une fausse alerte comme la chute d’une brindille. La plante vit de longues années en élargissant sa touffe si on lui assure un repos hivernal de trois mois à 10 °C, avec le terreau légèrement humide.